Affût et billebaude

Curabitur?

Vestibulum

Affut et billebaude

+25(0) 123 456 789

contact@logistics.com

noreply@l

4819 Shearwood Forest Drive

Manchester, NH 03103

Lorem ipsum dolor sit amet enim. Etiam ullamcorper. Suspendisse pellentesque dui, non felis. Maecenas malesuada elit lectus felis, malesuada ultricies. Curabitur et ligula.

Carnets d'affût

Un hiver avec les grues (chap. 3)

12/19/2019

Un hiver avec les grues (chap. 3)

Résumé :

Quelques milliers de Grues cendrées hivernent dans le centre de la France.

En 2008, j'ai découvert un dortoir à quelques kilomètres de chez moi.

Depuis, j'effectue régulièrement des comptages à des fins scientifiques et les grues sont devenues un des sujets photographiques qui animent la période hivernale

Chapitre 3.

Chapitre 3 - 28 janvier 2011

Ce matin, le temps est gris, un peu brumeux et il a légèrement gelé. Je tente une nouvelle fois un affût aux grues, malgré mes échecs précédents et le manque de compréhension des parcelles qu'elles choisissent pour pâturer. Dans les secteurs où le maïs est très présent, elles occupent presque toujours l ces parcelles. Mais ici, le changement répété est-il du à une stratégie de "ratissage" car la nourriture est moins abondante ?

Je décide de m'installer à proximité d'un champ ensemencé de céréales où j'ai remarqué que les grues s'arrêtaient assez souvent le soir et parfois le matin. La seule haie qui borde le champ se situe au nord-ouest, donc mal exposée vis à vis du soleil levant, mais le temps gris devrait filtrer le soleil et donc je ne devrais pas trop avoir de contre-jour.

Arrivé à 7h30, je prends le temps de choisir l'emplacement de l'affût de façon à me placer dans un renfoncement de la haie. Mon affût est sommaire : devant moi j'ai placé un filet de camouflage fixé sur 2 piquets.  Le filet peut se rabattre sur les côtés et au-dessus de ma tête et j'attache ces pans à la végétation qui m'entoure. a 8h, je suis bien installé.

A 8h15, un premier vol arrive dans ma direction et 3 grues se posent dans le champ, assez loin. D'autres vols suivent et quelques grues se posent les unes après les autres, autour des premières.

Maintenant, plus d'une centaine de grues sont posées mais la lumière est vraiment trop faible pour le moment. De plus, l'arrière plan n'est pas esthétique : ferme, route, fils électriques.

Les grues s'activent et arpentent le champ dans tous les sens. Petit à petit, elles se rapprochent, mais la lumière reste faible. Lorsque je déclenche pour la 1ère fois, j'ai du mal à obtenir 1/40s à 800 iso.

Mais les grues s'approchent tandis que la lumière progresse doucement, tout en restant "plate".

Certaines arrivent finalement à 25 - 30 mètres, mais le bruit du déclencheur les inquiète : elles s'éloignent alors doucement, puis elles (ou d'autres) se rapprochent à nouveau.

Je finis par faire des photos à bonne distance avec des paramètres satisfaisants (1/125s à 500 iso) et elles ne font plus attention au bruit du déclenchement.

 

Il manque bien un peu de soleil pour donner du relief, mais être aussi prêt de ces grands oiseaux majestueux sans les déranger est une grande récompense après 3 ans de recherches, de repérages, de tentatives ratées.

 

Affût au Martin pêcheur (chap. 1) Un hiver avec les grues (chap. 2)