Affût et billebaude

Curabitur?

Vestibulum

Affut et billebaude

+25(0) 123 456 789

contact@logistics.com

noreply@l

4819 Shearwood Forest Drive

Manchester, NH 03103

Lorem ipsum dolor sit amet enim. Etiam ullamcorper. Suspendisse pellentesque dui, non felis. Maecenas malesuada elit lectus felis, malesuada ultricies. Curabitur et ligula.

Carnets d'affût

Affût au Martin pêcheur (chap. 1)

01/30/2020

Affût au Martin pêcheur (chap. 1)

Le Martin pêcheur est une espèce phare pour le photographe, car c'est une espèce esthétique avec ses couleurs vives et il est assez commun, donc facile à trouver à proximité de chez soi.

Ces articles sont des récits de plusieurs affûts réalisés successivement pour photographier le martin pêcheur.

Chapitre 1.

Voici déjà un an environ que j'ai constaté que le Martin pêcheur fréquentait ce secteur de Loire. J'ai tenté plusieurs fois déjà de photographier le Martin en bordure d'étangs, mais sans succès. Avec la Loire, le paramètre de niveau d'eau est à prendre en compte.

En cette fin juillet, il me parait équivalent à ce que j'avais observé l'an dernier. Ainsi, il y a quelques jours, je suis revenu repérer les lieux. J'ai confirmé la présence de l'oiseau et j'ai identifié un lieu propice à la mise en place d'un affût : une berge exposée Est, bordée de peupliers, dont certains sont couchés dans l'eau suite à la dernière crue. L'un de ces entrelacs de racines et de branches repose contre la berge et me fournit de quoi aménager une cache. N'ayant pas repéré de perchoir bien positionné, je dispose une branche à une petite dizaine de mètres de l'emplacement propice à l'affût en espérant qu'il sera adopté rapidement par le Martin pêcheur.

 

Je reviens quelques jours plus tard. Bien que n'ayant pas de preuve de l'utilisation du perchoir, j'ébauche un affût à peu près confortable, en entremêlant branches mortes et quelques feuillages. Je teste la position quelque peu acrobatique de ma place assise et du trépied : ça devrait aller pour un minimum de 2h. Me voilà bien décidé à revenir plusieurs matins d'affilée la semaine prochaine puisque je serais en vacances.

 

Nous voici donc le 1er Août. J'arrive sur les lieux à 8h30. Tout est calme : seules les Sternes naines et pierregarins ayant niché à quelques centaines de mètres de là ponctuent de leurs cris stridents le bruit d'écoulement de l'eau. Alors que je m'apprête à descendre la berge pour rejoindre ma cache, un autre cri, bref et aigu me fait tourner la tête : celui du Martin pêcheur. Il vient de se poser sur le perchoir que j'ai mis à son intention ! Pas de photo possible, puisque je ne suis pas installé, mais cela devrait être de bon augure pour la suite ! L'oiseau bleu reste une minute peut-être et repart.

 

Quelques minutes plus tard, me voici installé.

J'ai suspendu aux branches un petit filet de camouflage qui me laisse voir au travers. Cette fois, pas de cri mais un bruit d'ailes m'alerte : le Martin vient de se poser dans les branches sur mon côté : à 1m50 environ ! Nous sommes séparés par le filet, mais nous nous regardons fixement. Au bout de 20 ou 30 secondes, il s'éloigne un peu en mettant un tronc comme obstacle entre lui et moi. Toujours pas de photo, mais quels instants plaisants !

 

Vers 10h45, je quitte les lieux.

 

 

 

Un affût au Martin pêcheur (chap.2) Un hiver avec les grues (chap. 3)